Une mort très douce

Photography

"Une mort très douce" est un livre écrit par Simone de Beauvoir qui raconte l'histoire des derniers jours de vie de la mère de Simone de Beauvoir.
Elle m'a rappelle la mort de ma grand mère et m'a donné envie de la décrire. J'ai été là, même si pas au tout dernier moment, mais j'ai vécu avec elle et avec ma mère qui a été extrêmement bouleversée.
Ma grande mère était unique, elle avait une histoire particulière et possédait des valeurs humaines que beaucoup reconnaissaient et enviaient. Moi j'étais très attachée à elle, à cette dame gentille, intelligente, éduquée dans une période où les femmes étaient tenues à l'écart des affaires du monde. Elle était très affectueuse, avec une bonté naturelle que tous ceux qui la connaissaient rechercheraient en elle. Elle était une source de grâce avec de forts éléments spirituels.
Sa mort était aussi très douce, elle s'est éteinte comme une bougie. Je me rappellerais toujours de son dernier adieu. Elle m'a serrée dans ses bras, pour longtemps, en me disant « mon enfant, mon enfant » de son lit de malade en murmurant des mots incomplets, plutôt des sons, qui dans leur langage secret laissaient transpirer des signes d'adieu. Son enlacement a duré longtemps et je l'ai vécu avec beaucoup d'émotions.
Au début j'ai ris, lui retournant les baisers, sur son visage, sur sa tête pendant qu'elle me bénissait avec des mots dans une autre langue mais qui sonnaient doux et bienveillants. Mais son étreinte était aussi triste, elle était encore consciente et voulait peut être m'exprimer pour la dernière fois, son amour avant qu'elle ne soit engloutie dans le ravissement du soleil noir. Et ca m'a touché au cœur. J'ai compris, on a tous compris qu'elle allait nous quitter. Mais elle ne voulait pas partir. Il y'a avait dans son susurrement comme une prière secrète, « garde moi, garde moi prés de toi, toi qui est jeune, toi qui a la vie ». Mais que pouvais-je faire pour la garder. Appart la serrer dans mes bras et sentir mon impuissance descendre sur mon âme comme une vague de larmes chaudes. Elle nous a quittés une semaine après cette dernière étreinte d'amour.

0 Comments

Enter your comments here